Interview / Vincent Ahehehinnou / Orchestre Poly Rythmo De Cotonou / En Français

Quand le groupe a-t-il été formé?

Le groupe POLY RYTHMO a été formé en avril 1968.

Pourquoi avoir formé le Poly Rythmo?

Juste pour partager entre nous, ce que nous avons de plus cher:  La musique.

Combien de membres comptait le groupe original?

Le groupe original comptait huit membres: Vincent Ahehehinnou, Lucien Allade, Joseph Amenoudji, Gustave Bentho, Eskill Lohento, Clement Melome, Nestor Somassou, and Bernard Zoundegnon.

Maintenant il y a dix: Vincent Ahehehinnou (vocals), Désiré Ajanohun (lead and rhythm guitar), Cosme Anago (vocals), Vital Assaba (trumpet), Gustave Bentho (bass), Joseph Loko (sax), Pierre Loko (vocals), Moise Loko (keyboards), and Roland Melome (drums).

orchestre poly ryhtmo photo 003

Etes vous toujours basés au Benin?

Oui, toujours au Bénin.

Au total dans le temps combien de personnes sont passé par le groupe?

Une cinquantaine de personnes.

orchestre poly ryhtmo photo 001

Comment sont recrutés les nouveaux membres?

Dans notre pays, il n’y a pas d’orchestre qui ne joue pas le répertoire Poly Rythmo et nous connaissons tous les meilleurs, il nos est donc très facile de remplacer nos  membres défunts.

Est-ce que êtrememebre du Poly Rythmo est héréditaire? Est ce une affaire de famille?

Non.

On vous a décrit comme un des top groupe de funk danse monde. Comment décrivez vous la musique que vous jouez?

La musique que nous jouons est un mélange de funk et de sonorités voodoo dont le nom VOODOO FUNK.

Quelles étaient vos plus grosses influences musicales à vos débuts?

A nos débuts, nous avons subi les influences de la musique de James Brown, Otis reading, Johnny Halliday, des Beatles et bien d’autes célébrités de l’époque.

Est-ce que vous incorporez dans votre musique de nouvelles influences au grè de vos voyages?

Non, nous avons su puiser des differentes influences pour concevoir notre musique et elle n’a plus varier.

Quels sont vos groupes préférés aujourd’hui?

Aujourd`hui, nous aimons tous ceux qui font de la bonne musique. Il n’y a pas de préférence particulière.

orchestre poly ryhtmo de cotonou photo 004

Comment avez-vous rencontré Adissa Seidou? Et comment a démarré votre collaboration?

Adissa Seidou nous a pourchassé très longtemps avant de pouvoir obtenir ce pourquoi il a fait tout ça. En fait, il nous suppliait de lui reprendre une chanson de Melome Clément intitulée: Angélina, enrégistrée à Lagos par un commercant de Porto novo en 1966. C’est en poursuivant cette chanson qu’il est tombé sur la mine d’or: Gbetti Madjro avec lequel il a fait fortune. Et de là, Adissa Seidou est devenu notre éditeur.

Comment c’était que de se retrouver dans les mêmes studios que Fela ?

Adissa Séidou était un commerçant et connaissait bien Lagos. Et c’est lui qui nous amenait au studio EMI où Fela aussi enrégistrait. Je pense bien que c’était  le fait d’un pur hasard.

Comment s’est déroulé l’enregistrement avec Angélique Kidjo et Gnonnas Pedro?

Pedro était déjà décédé et nous n’avons pas su quand Angelique est passée poser sa voix en studio. Notre éditrice voulait qu’on rende un hommage à ce grand musicien béninois en interprètant l’une de ses œuvres.

Pouvez-vous nous parler de vos tournées en Angola et en Lybie?

C’était notre gouvernement révolutionnaire qui nous avait envoyé dans ces deux pays d’abord en LYBIE au festival de la jeunesse en 1982 et en Angola pour apporter un eu de réconfort a un peuple en guerre.

Vous avez enregistré des centaines de titres entre 1973 et 1978 et puis plus rien, il y’a-t-il eu une raison à cela? Etait-ce à cause de la dictature de Mathieu Kerekou?

Oui mais plutôt entre 1968 et 1987. Au contraire c’est la dictature qui a tout freiné. Du fait de la restriction des libertés.

Depuis vous n’avez sorti que 3 albums. Pourquoi ? Pouvons nous nous attendre à de futures enregistrements / albums?

Des enrégistrements, nous en ferons tant que le souffle sera préservé. Car, c’est notre seul métier. En 2018, notre orchestre va célébrer ses cinquantes ans de succès et à cette occasion, un nouvel album verra le jour. Et pourquoi pas un “Best Of”?

In readiness for the bands​ Golden Jubilee celebrations, Orchestre Poly Rythmo De Cotonou`s Bosq Meets Poly Rythmo Uptown is released by Sol Power Sound this week. 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s